Citation
Notre politique de paix

Material Information

Title:
Notre politique de paix déclarations du Président Ho Chi Minh après la conference de Genève
Creator:
Ho, Chi Minh, 1890-1969
Place of Publication:
Hanoi
Publisher:
Éditions en Langues Étrangères
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
40 p. : portait

Subjects

Subjects / Keywords:
Vietnam -- History, 1945-1975 ( LCSH )
Vietnam -- Politics and government, 1945-1975 ( LCSH )
Việt Nam -- Lịch sử, 1945-1975
Việt Nam -- Chính trị và Nhà nÆ°á»›c, 1945-1975
Vietnam -- Histoire
Vietnam -- Politique et gouvernement, 1945-1975
Temporal Coverage:
1945 - 1955
Spatial Coverage:
Asia -- Vietnam
Châu Á -- Việt Nam -- Châu Á - Việt Nam
Asie -- Vietnam
Coordinates:
16.166667 x 107.833333

Notes

General Note:
This title is in the public domain under the laws of Vietnam and the Berne Copyright Convention.

Record Information

Source Institution:
SOAS University of London
Holding Location:
SOAS University of London
Rights Management:
This item is licensed with the Creative Commons Attribution, Non-Commercial License. This license lets others remix, tweak, and build upon this work non-commercially, as long as they credit the author and license their new creations under the identical terms.
Resource Identifier:
328888 ( ALEPH )
GG959.7042 /725468 ( SOAS classmark )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
NOTRE POLITIQUE DE PAIX

DECLARATIONS

DU

PRÉSIDENT HO-CHI MINH

APRES LA CONFÉRENCE DE
GENÈVE

HANOI

ÉDITIONS EN LANGUES ÉTRANGÈRES

1955








NOTRE POLITIQUE DE PAIX

DECLARATIONS DU PRESIDENT HO-CHI-MINH
APRES LA CONFERENCE DE GENÈVE

HANOI

ÉDITIONS EN LANGUES ÉTRANGÈRES
1955








Le Président HO-CHI-MINH




APPEL DU PRÉSIDENT HO-CHI-MINH A L'OCCASION DU
RÉTABLISSEMENT DE LA PAIX EN INDOCHINE

A tous nos compatriotes !

A tous les combattants de l'armée et à tous les
cadres !

La conférence de Genève a pris fin.

Nous avons remporté une grande victoire diplo-
matique.

Au nom du gouvernement, j'adresse de tout cœur à
tous nos compatriotes, combattants et cadres l'appel
suivant :

i. — Au nom de la paix, de l'unité, de l'indépen-
dance et de la démocratie de notre patrie, notre peuple,
notre armée, nos cadres et le gouvernement, étroitement
unis, supportant les privations et surmontant de nombreu-
ses difficultés, ont lutté résolument au cours des huit,
neuf dernières années et ont remporté de brillantes victoi-
res. A cette occasion, j'adresse au nom du gouvernement,
de cordiales félicitations à tous nos compatriotes, aux com-
battants et aux cadres de tout le pays, du Nord au Sud.
Je m'incline devant la mémoire des combattants et de tous
les patriotes qui ont héroïquement sacrifié leur vie pour la

5


patrie et j'exprime ma sympathie sincère aux combattants
blessés et malades.

Nos grandes victoires ont été également remportées
parce que notre lutte pour la juste cause a été soutenue par
les peuples des pays amis, par le peuple de France et par
les peuples épris de paix du monde entier.

C'est grâce à ces victoires et aux efforts de la déléga-
tion de l'URSS à la conférence de Berlin que notre
gouvernement et celui de la France ont engagé des pour-
parlers à la conférence de Genève. L'activité de notre
délégation et l'aide des délégations de 1' URSS et de la
République populaire chinoise nous ont permis de rempor-
ter à la conférence de Genève une grande victoire. Le
gouvernement français a reconnu l'indépendance, la sou-
veraineté, l'unité et l'intégrité territoriale de notre pays, il
a consenti à retirer ses forces armées de notre territoire
etc...

Nous devons continuer nos efforts dans la lutte pour
renforcer la paix, réaliser l'unité, obtenir l'indépendance et
la démocratie dans tout le pays.

2. — Le premier pas dans la réalisation de la paix
doit être la cessation des hostilités par les forces armées
des deux parties.

Pour obtenir un arrêt des hostilités, il est indispen-
sable de regrouper les forces armées des deux parties dans
deux zones différentes, c'est-à-dire échanger les régions
occupées par les forces armées de chaque partie.

La fixation d'une ligne de démarcation militaire est
une mesure provisoire et transitoire pour la réalisation de

6


l'armistice pour le rétablissement de la paix et pour réaliser
des progrès dans l'unification nationale par la voie d'élec-
tions générales, La ligne de démarcation n'est en aucune
façon une frontière politique ou territoriale.

Durant la période d'armistice/ nos forces armées doi-
vent être concentrées dans le Nord Vietnam et celles
-de l'Union française dans le Sud Vietnam. Cela signifie
•que l'on va procéder à un échange de zones : une série de
régions occupées par les Français deviendront des régions
libérées; les troupes françaises s'installeront provisoirement
jusqu'à leur retour en France dans une série de nos régions
libérées.

C'est là une mesure indispensable. Mais le Nord Viet-
nam, le Centre Vietnam et le Sud Vietnam sont des parties
inséparables de notre territoire et il ne fait aucun doute que
notre pays sera unifié, que nos compatriotes dans tout le
pays seront libérés.

Nos compatriotes du Sud ont entrepris les premiers
la guerre patriotique et fait preuve d'une haute conscience.
Je suis certain qu'ils placeront les intérêts de tout le pays
au-dessus des intérêts locaux, les intérêts durables au-dessus
des intérêts actuels et que, la main dans la main avec le
reste de notre peuple, ils consacreront toutes leurs forces à
la lutte pour renforcer lar paix, réaliser l'unité et obtenir
l'indépendance et la démocratie dans tout le pays. Le Parti
•des travailleurs du Vietnam, le gouvernement et moi-même
suivons toujours de près les efforts de nos compatriotes
du Sud et nous sommes sûrs qu'ils obtiendront le
succès.

7


3. — La lutte pour renforcer la paix, réaliser l'unité^
obtenir l'indépendance et la démocratie est également une
lutte longue et difficile. Pour remporter la victoire, tout le
peuple, tous les combattants et les cadres de tout le pays,,
du Nord au Sud, doivent s'unir encore davantage et être
encore plus unis dans la pensée et dans l'action.

Nous sommes pleinement résolus à remplir honnête-
ment les dispositions de l'accord que nous avons signé
avec le gouvernement français et nous appelons en même
temps le gouvernement français à respecter honnêtement
les dispositions de l'accord qu'il a signé avec nous.

Nous devons déployer des efforts pour consolider la
paix et être vigilants vis-à-vis des menées des ennemis de
la paix. Nous devons faire des efforts dans la lutte pour les
élections générales libres dans tout le pays en vue de
réaliser l'unité nationale. Nous devons déployer des efforts
pour relever, créer, consolider et développer nos forces
dans tous les domaines de façon à assurer la complète
indépendance de notre patrie.

Nous devons nous efforcer de procéder à des réformes
sociales pour améliorer les conditions de vie de notre peuple
et pour appliquer une véritable démocratie.

Nous continuerons à consolider nos liens fraternels
avec les peuples du Laos et du Cambodge.

Nous renforcerons encore davantage la grande amitié
du Vietnam avec l'Union Soviétique et la République
populaire chinoise et les autres pays amis. Nous consoli-
derons notre solidarité avec le peuple français, les peuples
d'Asie et du monde entier pour le maintien de la paix.

8


4.-- J'appelle chaleureusement tout le peuple, tous
les combattants et tous les cadres à appliquer de façon
juste la ligne politique et la politique du parti, et du gou-
vernement, à lutter pour renforcer la paix, réaliser l'unité,
•obtenir l'indépendance et la démocratie dans tout le pays.

J'appelle de tout cœur tous les hommes qui aiment
sincèrement leur patrie, sans distinction de situation sociale,
de croyance religieuse, d'opinion politique, indépendam-
ment du parti auquel ils ont appartenu dans le passé, à
•collaborer sincèrement entre eux et à travailler pour la
nation et la patrie, à lutter pour la paix, l'unité, l'indépen-
dance et la démocratie de notre cher Vietnam.

Avec l'unité de toute la nation, avec la cohésion
monolithe de tout le peuple, nous remporterons sans aucun
•doute la victoire.

Vive le Vietnam pacifique, unifié, indépendant et
«démocratique !

<>


ALLOCUTION DE BIENVENUE DU PRÉSIDENT
HO-CHI-MINH A L'OCCASION DE LA RÉCEPTION DE Lft
COMMISSION INTERNATIONALE DE SURVEILLANCE ET

DE CONTROLE DE L’ARMISTICE AU VIETNAM.

Messieurs/

Dès le lendemain du cessez-le-feu effectif en Indo-
chine, la Commission internationale de surveillance et de
contrôle de l'armistice au Vietnam composée des délégués
de l'Inde, de la Pologne et du Canada, a aussitôt assumé la.
mission que lui confiait la conférence de Genève et s'est
aussitôt rendue dans notre pays pour contrôler l'exé-
cution des accords de Genève par les deux parties (Vietnam
et France).

C'est pour moi un grand plaisir de recevoir les chefs
de délégation des trois pays ainsi que les membres de la
Commission à qui j'exprime mes félicitations chaleureuses
au nom du peuple et du gouvernement de la République
démocratique du Vietnam.

C'est pour la paix, l'unité, l'indépendance, la démo-
cratie que le peuple vietnamien a mené résolument sa lutte
et qu'il a bénéficié de la sympathie et du soutien de tous
les peuples du monde épris de paix.

10


Aujourd'hui, la guerre atroce qui a duré 8, 9 années
a pris fin*

Les accords d'armistice en Indochine signés à la
conférence de Genève ont non seulement une immense
signification pour l'Indochine et le Sud-Est asiatique mais
ouvrent encore la voie à l'établissement d'une paix durable
en Asie et contribuent à une détente internationale.

Nous sommes un peuple épris de paix. C'est pourquoi
nous accueillons l'armistice avec une grande joie. Nous
ferons tout ce qui est en notre pouvoir et nous fournirons
des efforts soutenus pour défendre la paix et exécuter
correctement toutes les clauses stipulées dans les accords
d'armistice.

' En cette heure historique, la Commission Interna-
tionale arrive dans notre pays et commence sa mission de
surveillance de l'armistice.

L'Inde est une grande nation du Sud-Est asiatique
éprise de paix. Nous sommes deux pays voisins. Nous nous
sommés connus de longue date et notre compréhension est
mutuelle.

La Pologne est une nation éprise de paix qui s'adonne
activement à l'œuvre d'édification pacifique.

Malgré la distance qui les sépare du Vietnam, les
délégués du Canada n'cnt pas hésité à franchir montagnes
et océans pour venir servir la cause de la paix en Indochine»
Nos pays sont éloignés mais nos cœurs ne le sont pas. Je
suis persuadé que nos deux peuples aiment la paix d'un
même cœur et que pour cela nous nous comprenons de
plus en plus et nous nous rapprochons davantage.

11


Quoique les délégués de la Commission Internationale
viennent de trois continents différents : l'Asie, l'Europe,
l'Amérique, le peuple vietnamien et le gouvernement de
la République démocratique du Vietnam sont d'un même
cœur pous collaborer avec tous.

Néanmoins, il faut se rendre compte que l'armistice
n'est que le premier pas vers une solution définitive du
problème vietnamien, et que de ce fait, la tâche des délégués
de la Commission sera complexe et difficile.

Je vous donne solennellement mon engagement que
l'armée populaire vietnamienne et le gouvernement de la
République démocratique du Vietnam sont résolus à
respecter et à exécuter intégralement chaque clause des
accords d'armistice.

En même temps, nous espérons que le gouvernement
français ainsi que les parties intéressées donnent également
les garanties d'une application correcte des accords
d'armistice.

Je suis convaincu que la Commission Internationale
est bien pénétrée de l'esprit des accords et de la décla-
ration finale de la conférence de Genève, qu'elle associera
cet esprit à la situation réelle pour mener à bien sa mission
sur la base des principes de justice et de droiture.

La guerre ne vient que de prendre fin au Vietnam.
La réception peut comporter des lacunes, ce dont nous nous
excusons d'avance auprès de vous. Toutefois nous prenons
sur nous l'entière responsabilité d'assurer la sécurité des
délégués et du personnel de la Commission et de fournir

12


toutes facilités à la Commission dans l'accomplissement de
sa mission.

Je veux ajouter que nous sommes très émus et encou-
ragés par la lutte ardente du peuple français pour apporter
une importante contribution à la cessation des hostilités en
Indochine.

La paix est revenue dans notre pays. Nous resserrerons
l'amitié entre les deux peuples vietnamien et français, nous
nous unirons étroitement aux peuples du Cambodge, du
Laos et des pays du Sud-Est asiatique pour apporter notre
contribution à l'œuvre de sauvegarde de la paix en Asie et
dans le monde.

Pour terminer, au nom du peuple et du gouvernement
de la République démocratique du Vietnam, je vous sou-
haite une bonne santé et vous prie de transmettre nos
salutations d'amitié aux peuples et aux gouvernements de
l'Inde, de la Pologne et du Canada.

13


APPEL DU PRESIDENT HO-CHI-MINH A L'OCCASION DE

L'ANNIVERSAIRE DE LA REVOLUTION D’AOUT

ET DE LA FÊTE NATIONALE DU 2 SEPTEMBRE

Aux compatriotes, aux combattants, aux cadres de
tout le pays,

Aux compatriotes résidant à l'étranger,

A l'occasion du 9e anniversaire de la Révolution
d'Août et de la fête nationale, au nom du gouvernement,
j'adresse solennellement l'expression de ma cordiale sympa-
thie à tous nos compatriotes, combattants, cadres et compa-
triotes résidant à l'étranger.

Pendant quatre vingts ans, les rois et seigneurs féo-
daux ont vendu à vil prix notre patrie et notre peuple aux
cqlonialistes français. Durant cette sombre période, nos
grands pères, nos pères et nous-mêmes, avons sans cesse
lutté pour reconquérir la liberté et l'indépendance na-
tionale.

Pendant la deuxième guerre mondiale, l'Union So-
viétique victorieuse a anéanti le fascisme allemand et le
militarisme japonais. Cette grande victoire a contribué au
succès de notre Révolution d'Août*

14


Or que vise la Révolution d'Août ?

C'est la conquête de la paix, de l'unité, de l'indépen-
dance et de la démocratie pour notre patrie, pour notre
peuple.

La Révolution d'Août ayant triomphé, le 2 Septembre,
notre pays a proclamé son indépendance, La République
démocratique du Vietnam est née. Les élections générales
libres ont eu lieu, l'Assemblée nationale a été élue par le
peuple tout entier, La Constitution du nouvel état a été
approuvée et le gouvernement central instauré. L'adminis-
tration régionale, de la commune à la province, a été or-
ganisée par le pouvoir populaire. Ainsi, dès le début, nous
-avons réalisé l'unité, l'indépendance et la démocratie.

Notre peuple et notre gouvernement ont toujours
■aspiré à la paix pour construire la patrie.

Cependant, les colonialistes bellicistes français ne
tardaient pas à provoquer la guerre dans le but de recon-
quérir notre pays et d'asservir encore une fois notre peuple.

Devant le danger qui menaçait notre pays, le peuple,
l'armée, les cadres et le gouvernement se sont étroitement
unis, résolus à résister huit ans durant et ont remporté de
brillantes victoires.

Le but de la résistance est de reconquérir et de 'dé-
velopper les succès de la Révolution d'Août, c'est-à-dire
la paix, l'unité, l'indépendance et la démocratie.

Grâce à la résistance héroïque de notre peuple, à
l'aide des peuples amis, du peuple français et des peuples
■épris de paix du monde entier, nous avons remporté un
grand succès à la conférence de Genève. Le gouvernement

15


français a reconnu et les pays participant à la Conférence
de Genève ont confirmé les points suivants :

La paix est rétablie en Indochine sur la base de la-
reconnaissance par li France de l'indépendance, delà sou-
veraineté, de l'unité et de l'intégrité territoriale des trois,
pays Vietnam, Cambodge et Laos.

Les peuples des trois pays Vietnam, Cambodge et
Laos procéderont aux élections générales libres en vue de
l'unification de leurs pays.

La France retirera ses troupes de l'Indochine.

Nous avons signé l'armistice avec la France, la paix
commence à être rétablie au Vietnam et sur tout le terri-
toire de l'Indochine. C'est là une grande victoire.
Nous l'avons remportée grâce à l'ardent patriotisme, à la.
communion d'esprit et à l'esprit de sacrifice de l'armée et
du peuple du Sud au Nord, dans les zones provisoirement-
occupées aussi bien que dans les zones libres.

Cette victoire est le résultat de la Révolution d’Août,.
de la journée du 2 Septembre et de 8, 9 ans de résistance,
héroïque.

C'est là la victoire des peuples Vietnam, Khmer, Laos,,
c'est également la victoire du peuple français et des peuples
épris de paix du monde entier.

La victoire nouvelle met le pays dans une situation-
nouvelle, passant de l'état de guerre à l'état de paix. Cepen-
dant, pour reconquérir la paix complète et durable, nous
devons nous efforcer à lutter davantage.

La situation nouvelle pose à notre peuple, à notre
armée, à nos cadres et à notre gouvernement des tâches

16


'.nouvelles. A l’heure actuelle nos tâches consistent à exé-
cuter rigoureusement l'accord d'armistice, lutter pour
maintenir et consolider la paix en vue de réaliser l'unité,
l'indépendance et la démocratie de notre pays.

Pour réaliser l'unité, l'indépendance et la démocratie
•sur. tout le territoire, nous devons en premier lieu maintenir
et consolider la paix.

Pour maintenir et consolider la paix, il faut la sincérité
des deux parties: Vietnam et Françe ; à cette occasion, je
rappelle solennellement encore une fois que :

Nous sommes résolus à respecter et à réaliser l'accord
d'armistice signé avec la France. Nous garantissons ses
intérêts économiques et culturels au Vietnam. Nous sommes
disposés à engager des pourparlers avec le gouvernement
-français en vue de rétablir de bonnes relations entre notre
pays et la France, sur le principe de l'égalité et de profits
réciproques.

En revanche, nous espérons que le gouvernement fran-
çais de son côté, respecte et exécute l'accord d'armistice,
garantit la réalisation intégrale des clauses de la déclaration
de la conférence de Genève et de la déclaration explicite
du gouvernement français.

Pour maintenir la paix et la consolider, nous devons
nous unir étroitement. Union du peuple tout entier, le
Fiord et le Sud étroitement unis comme sous un même
toit — Union avec les frères Khmers et Laotiens — Union
avec les peuples d'Asie — Union avec le peuple français et
les peuples épris de paix du monde entier, en premier
lieu avec les peuples de la Chine et les peuples de l'URSS.

17


Nous devons nous unir en un seul bloc contre les;
manœuvres de sabotage contre la paix de l'impérialisme-
américain, des éléments bellicistes français et de leurs,
hommes de main.

Compatriotes du Sud au Nord, luttons pour la prépa-
ration des élections générales libres en vue de réaliser l'unité
du pays.

La paix une fois maintenue et consolidée, l'unité:
nationale réalisée, l'indépendance et la démocratie seront
alors parachevées.

Les tâches nouvelles nous imposent des travaux'
urgents :

— Nous devons renforcer l'armée du peuple qui est
la force principale pour la défense de la patrie et la sauve-
garde de la paix.

Nous devons continuer à réaliser « la terre à ceux qui:
la cultivent » afin de libérer les paysans, c'est-à-dire libérer-
la grande majorité de nos compatriotes.

Dans les anciennes zones libres, nous devons continuer
à consolider nos positions, améliorer les conditions de vie
de nos compatriotes, développer le patrimoine héroïque
du peuple. Nous devons renforcer l'union entre les peuples*,
et réaliser progressivement l'autonomie dans les zones où
vivent les minorités nationales.

Dans les campagnes et les villes nouvellement libérées*,
nous devons en premier lieu : rétablir l'ordre et la vie
normale pour la population * protéger la vie et les biens de

18


la population et des étrangers y compris les ressortissants
français; assurer la liberté de croyances; à l'égard des
fonctionnaires ayant collaboré avec la partie adverse et
désirant actuellement servir le pays, le peuple, ils seront
employés et bien traités; nous devons restaurer le com-
merce, l'éducation nationale etc...

Dans les anciennes zones libres et dans les zones
nouvellement libérées, au point de vue politique, ncus
devons consolider le pouvoir populaire, développer et con-
solider les groupements patriotiques, rehausser et relever le
moral du peuple, unir le peuple pour lutter ardemment en
vue de maintenir la paix et réaliser l'unité, l'indépendance
et la démocratie dans tout le pays.

Dans le domaine économique, nous devons donner une
forte impulsion au mouvement d'émulation patriotique, à
la production nationale, réaliser la politique de coopération
entre l'Etat et les personnes privées, entre employés et em-
ployeurs. Les villes et les campagnes doivent s'entr'aider.
La circulation doit être régularisée entre les zones urbaines
et rurales, en vue de restaurer et de développer la produc-
tion, de rendre l'économie florissante, d'améliorer les
conditions de vie matérielles du peuple.

Dans le domaine culturel, nous devons liquider com-
plètement l'analphabétisme, former des cadres en vue de
l'édification du pays, sauvegarder la santé du peuple, pro-
téger les us et coutumes de notre pays.

Dans les zones de regroupement provisoire des forces
de l'Union française, la lutte de notre peuple sera une lutte
politique : revendiquer la jouissance des libertés démocra-
tiques (liberté d'organisation, d'association, liberté de

19


parole, etc...) en vue de préparer les élections générales
libres pour réaliser l'unité nationale.

Les compatriotes résidant à l'étranger doivent s'aimer
et s'entraider, offrir un soutien sans réserve à la patrie,
renforcer l'amitié entre les peuples.

Vis-à-vis des personnes qui aiment la patrie, sans
tenir compte de leur situation sociale, même si elles ont
collaboré avec la partie adverse, nous sommes prêts à nous
unir à eux pour consolider ensemble la paix, réaliser l'unité,
parachever l'indépendance et la démocratie dans le pays.

Nous avons remporté la victoire, cependant la paix
n'est pas encore bien consolidée, l'indépendance et la
démocratie ne sont pas encore parachevées. Pour atteindre
ce but, notre lutte devra être ardente aussi bien que longue
et âpre. Nous devons toujours faire preuve de sang froid et
de vigilance pour combattre les manœuvres visant à saboter
notre Å“uvre commune,

La tâche est lourde et difficile, mais nos forces sont
grandes parce que nous sommes unis dans la pensée et dans
l'action, parce que nous avons la ferme résolution, parce
que notre peuple a progressé, parce que le monde entier
nous soutient. C'est pourquoi nous remporterons certai-
nement la victoire.

A cette occasion, au nom du peuple et du gouverne-
ment de la République démocratique du Vietnam, j'adresse
les remerciements aux peuples et gouvernements des pays
amis, aux groupements populaires français, aux groupements
de paix et de démocratie du monde et aux personnalités
progressistes de tous pays, qui nous ont soutenus dans la

20


résistance et qui ont partagé notre joie dans la paix rétablie.
Cet esprit d'internationalisme est infiniment précieux. Il
nous a stimulés dans les jours de la résistance âpre, il nous
soutiendra dans l'édification d'une paix durable»

Le mouvement montant de la paix et de la démocratie
mondiales nous a aidés à vaincre. Notre victoire sera une
grande contribution à l'œuvre de défense de la paix en
Asie et dans le monde.

Compatriotes, combattants, cadres, et compatriotes
résidant à l'étranger, soyez décidés et allez de l'avant.

Vive le Vietnam pacifique, unifié, indépendant,
démocratique !

Victoire aux forces de paix et de démocratie du
mon.de !


MESSAGE DE NOËL DU PRESIDENT HO-CHI-MINH

Affectueusement aux compatriotes catholiques,

Au cours des huit, neuf années de guerre, avions et
tanks ont incendié et détruit nombre d'églises, tué beaucoup
de catholiques. C'est pour la première fois que nous célé-
brons la fête de Noël dans la paix.

Nous eussions été joyeux et heureux.

Mais cette joie et ce bonheur se sont de beaucoup
amoindris, car comme l'a dit l'académicien catholique
François Mauriac, un certain nombre d'Occidentaux ne
se conduisent pas à l’image du Seigneur Jésus, mais plutôt
à l'image de ceux qui l'ont crucifié.

Ces Occidentaux sont les impérialistes américains et
leurs agents, la clique Ngo-dinh-Diem, ils ont usé de trom-
perie et de contrainte pour pousser un certain nombre de
catholiques à quitter leur pays natal, à évacuer dans le Sud
pour y mener une vie de misère. Les jeunes gens sont
enrôlés de force, les femmes doivent se vendre aux maisons
de tolérance, les hommes valides sont envoyés comme coolies
dans les plantations, les enfants de deux sexes sont vendus

22


pour servir comme domestiques. (Paroles de n prêtres du
Nord et du Sud).

Le sort de ces catholiques me fait beaucoup souffrir et
certainement vous en souffrez aussi. J'espère bien que vous
allez prier Dieu qu'il leur donne assez de force dans la lutte
pour exiger leur retour au village natal.

A cette occasionne tiens à vous rappeler que le gouver-
nement respecte sincèrement la liberté de croyance. Vis-à-
vis des catholiques abusés qui ont évacué dans le Sud, le
gouvernement a donné l'ordre aux autorités locales de
prendre sous leur protection rizières, jardins et autres biens
de ces premiers et de les leur restituer à leur retour.

A l'occasion delà fête de Noël, je vous envoie mes-
souhaits affectueux et prie Dieu de vous accorder sa.
bénédiction.

23.


MESSAGE DE NOUVEL AN
DU PRESIDENT HO-CHI-MINH.

A tous nos compatriotes du pays et à l'étranger.

A l'armée toute entière, à tous les cadres et personnels.

Après huit, neuf années de Résistance dure et héroi-
que de notre armée et de notre peuple, la juste cause a
triomphé, la guerre a pris fin, la paix est rétablie, le gouver-
nement est revenu dans la capitale, ces faits revêtent une
signification politique extrêmement grande.

Au nom du gouvernement, je remercie la population
de la capitale et l'armée pour leurs vœux et félicitations
adressés solennellement et cordialement au gouvernement.

A l'occasion du Nouvel An, au nom du Parti et du
Gouvernement, j'exprime ma sympathie aux combattants
blessés, malades et aux familles de ceux qui sont morts
pour la patrie.

Je souhaite à tous les compatriotes du pays et à
l'étranger,

A l'armée toute entière, à tous les cadres et personnels,

Aux combattants d’émulation,

Aux personnages âgés, aux jeunes gens et aux enfants:

24


Pour Tannée nouvelle : bonne santé, gaieté, efforts et
progrès.

Au nom de notre peuple et de notre gouvernement,,
je souhaite aux leaders et aux peuples des pays amis,
des succès nouveaux pour Tannée nouvelle !

A cette occasion, j'expose à la population et à Tarmée
les travaux que nous devons faire dès aujourd'hui en vue de
consolider la paix, réaliser l'unité, parachever l'indépen-
dance et la démocratie dans tout le pays.

— Nous sommes résolus à appliquer strictement l'ac-
cord d'armistice. En même temps, nous exigeons de la
partie adverse l'application intégrale de l'accord d'armistice,,
la garantie des libertés démocratiques, la cessation des actes
de térrorisme contre la population du Sud Vietnam, la
cessation delà tromperie et de la contrainte visant à pousser
un nombre de compatriotes du Nord à partir pour le Sud.

A cette occasion, nous exprimons nos remerciements
à la Commission internationale pour sa contribution à
l'application de l'accord d'armistice.

— Nous devons nous efforcer de restaurer l'économie
agriculture, industrie, commerce, transports et communica-
tion pour élever progressivement le niveau de vie du
peuple.

— Nous devons nous efforcer de défendre la patrie
et de sauvegarder la paix, c'est pourquoi nous devons ren-
forcer la défense nationale, notre armée doit pratiquer
l'émulation dans les études politiques et techniques, dans
le respect de la discipline et dans le maintien du style de

25


vie modeste ; nous devons continuer à mobiliser la masse
pour la réduction des taux de fermage et pour la réforme
agraire, pour réaliser :« la terre à ceux qui la cultivent ! »

Pour accomplir ces tâches, nous devons réaliser une
étroite union sur de larges bases, combattre la dépravation,
la prévarication, le gaspillage. Nous devons cultiver les
vertus : assiduité, économie, intégrité, droiture.

Le Sud et le Nord sont de la même famille, du même
sang et rien ne peut les diviser. Nous devons resserrer les
rapports intimes entre le Sud et le Nord.

Nous devons réaliser une étroite union sur de larges
bases du Nord au Sud, soutenir les compatriotes du Sud
dans leur lutte pour conquérir les libertés démocratiques,
conformément à l'accord de Genève.

Nous devons faire de telle sorte que la circulation soit
facilitée, qu'un courant économique et culturel s'établisse
et cela pour le bien des populations du Nord et du Sud.

Nous devons accomplir ces tâches pour progresser
vers la réalisation des élections générales libres et l'unité
nationale.

Nous sommes disposés à nous unir sincèrement à
toute personne, tout groupe d'hommes qui sont partisans
de la paix, de l'indépendance et de la démocratie.

Nous nous unissons étroitement aux peuples des
pays amis.

Nous nous appuyerons sur les cinq grands principes
des déclarations Chine-Inde et Chine-Birmanie pour établir

26


des relations amicales avec les deux gouvernements royaux
du Cambodge et du Laos.

Nous développons les relations amicales avec les pays
du Sud-Est asiatique.

Vis-à-vis de la France, nous nous efforcerons de réta-
blir les rapports économiques et culturels selon le principe
de l'égalité et de profits réciproques.

Nous nous unissons au peuple de France et aux peu-
ples épris de paix du monde. Nous devons être vigilants,
et résolus à combattre les manœuvres des impérialistes
américains qui intensifient leur intervention en Indochine,
poussent leurs agents à saboter l'accord d'armistice, à
saboter la paix, et nous nous efforçons d'apporter notre
contribution à l'œuvre de défense de la paix en Asie et
dans le monde.

Durant les années de Résistance, noire armée et notre
peuple ont déployé des efforts et remporté la victoire. Lut-
tant dans les conditions de paix, notre armée et notre
peuple doivent déployer de nouveaux efforts pour surmon-
ter les difficultés, remporter la victoire.

Vive le Vietnam pacifique, unifié, indépendant, dé -
mocratique.

Vive la paix mondiale !

HO-CHI-MINH

27


LES QUESTIONS ADRESSÉES PAR M. BERNARD
ULLMANN, CORRESPONDANT DE L'AGENCE FRANCE
PRESSE AU PRESIDENT HO-CHl-MINH ET LES
RÉPONSES DU PRÉSIDENT.

Question — M. le Président, quel est, d'après vous,
le meilleur moyen d'établir des relations confiantes et
amicales entre la République démocratique du Vietnam
et la France, et de rétablir entre les deux pays, après ces
huit ans de guerre, un climat favorable.

Réponse — Le meilleur moyen, à mon avis, c'est la
corhpréhension mutuelle, la parfaite loyauté et la confiance
réciproque.

Question — Comment envisagez-vous l'avenir des
relations économiques entre les deux pays ? Si des crédits
français, publics ou privés, vous étaient offerts, les accep-
teriez-vous, et dans quelles conditions ?

Réponse — Les relations économiques entre nos
deux pays doivent être basées sur le principe de l'égalité et
des intérêts réciproques.

— C’est une question à discuter entre les parties
intéressées.

28


Question — Estimez-vous que le retour à Hanoi de
M. Sainteny comme représentant delà France est de nature
à faciliter dans une mesure importante le retour à des
relations confiantes entre la France et la République dé-
mocratique ? Jugez-vous indispensable, en contre-partie, la
présence d'un représentant de votre gouvernement à Paris ?

Réponse — Nous connaissons M. Sainteny depuis
longtemps. Je pense qu'il peut contribuer au retour des
relations confiantes entre nos deux pays si nos efforts ne
sont pas entravés par toute une série d'obstacles majeurs.

— Nous avons un proverbe qui dit : « Cô di cô lai
mai toai long nhau». Cela signifie : Tout doit naturellement
être réciproque.

Question — Croyez-vous que la situation dans le Sud
Vietnam évoluera de telle façon qu'il ne sera pas possible
d'attendre un délai de deux ans avant que des élections ne
décident du sort de T ensemble du Vietnam ?

Ne craignez-vous pas que le partage actuel du Viet-
nam ne puisse être aussi durable que le partage de l'Alle-
magne et de la Corée, eux aussi destinés à l'origine à n'être
que provisoire ?

Réponse — Le peuple du Vietnam et le gouverne-
ment de la République démocratique du Vietnam travail-
leront inlassablement pour la réalisation de l'unité de
notre pays d'une façon strictement conforme aux accords
de Genève.

— Les conditions du Vietnam sont différentes de celles
de la Corée et de l'Allemagne.

29


Question — Envisagez-vous, dans un avenir plus
ou moins rapproché, des déplacements hors du Vietnam ?

Réponse — Actuellement, je n'ai encore aucun plan»

Question — Estimez-vous souhaitable le retour à
Hanoi d'une proportion importante des Français qui Font
quitté à la veille de l'entrée de l'armée populaire ? Quelles
sont les branches d'activité dans laquelle la présence de
techniciens ou hommes d'affaires français vous paraît la
plus souhaitable ? Avez-vous l'intention de faire appel à
des techniciens de Chine, d'Union Soviétique ou des pays,
de démocratie populaire d'Europe pour travailler à la
reconstruction et au dévelopement du Vietnam ?

Réponse — S'ils reviennent, ils seront bien reçus.

— Des branches d'activité économique»

— Nous sommes en train d'étudier cette question»

Question — Avez-vous l'intention de planifier le dé-
veloppement économique du Vietnam ? Estimez-vous pos-
sible un plan d'ensemble avant la réunification du Vietnam?

Réponse — A notre époque, je crois que toute
économie doit être plus ou moins planifiée» Un plan d'en-
semble devra se faire nécessairement avec l'ensemble du
pays.

Question — Lors de la conférence de Genève, M.
Pham-van-Dong avait évoqué la possibilité pour la Répu-
blique démocratique du Vietnam de demeurer dans le
cadre de l'Union française. Comment envisageriez-vous
cette possibilité sur le plan pratique ? Supposerait-elle
nécessairement une révision de la constitution française ?

30


Et croyez-vous que les esprits soient aujourd'hui préparés,,
au Vietnam et en France, à l'établissement de liens organi-
ques entre deux régimes aussi différents ?

Réponse — La possibilité et les conditions d'une*
éventuelle participation du Vietnam à l'Union Française
seront discutées entre les gouvernements de nos deux
pays si, de part et d'autre, on le désire.

— La constitution française est l'affaire intérieure
du peuple français et ne regarde que lui seul.

— Je pense que l'esprit du peuple du Vietnam ainsi
que l'esprit du peuple français sont disposés à considérer*
cette question, puisque des régimes différents peuvent co^
exister pacifiquement.

3î


RÉPONSES AUX QUESTIONS DE “REGARDS”

Le 18 Novembre dernier, Venvoyé spécial à
Pékin de la revue progressiste française «Regards»
Jean-Marie le Gall a adressé au Président Ho-
Chi-Minh une interview en 8 points à laquelle le Chef
de VEtat Vietnamien vient de répondre. Voici les
questions posées et les réponses du Président de la
République démocratique du Vietnam.

Question — Que pense le Président de l'applicatio11
de part et d'autre des diverses clauses de l'armistice ?

Réponse — Nous appliquons strictement les clauses
de l'armistice. Nous regrettons que les forces françaises ne
des appliquent pas aussi bien, loin de là! Les faits, vous
les connaissez probablement.

Question — Quelle politique générale le gouver-
nement de la République démocratique du Vietnam entend-
il suivre sur son territoire ?

Réponse — Nous travaillons de toutes forces à con-
solider la paix, à réaliser l'unité nationale, à parachever
l'indépendance et la démocratie dans tout le Vietnam.

32


Question — Quelles tâches essentielles s’assigne-t-il?*

Réponse — Nous devons reconstruire l'économie de
notre pays ravagé par la guerre et améliorer la vie de nos
compatriotes, en premier lieu des travailleurs des villes et
de la campagne.

Question — Par quels moyens entend-il les réaliser ?’

Réponse — Par nos propres efforts et avec l'aide
fraternelle des pays amis.

Question — Que pense le Président de la situation,»
au Sud Vietnam ?

Réponse — Je pense que la situation actuelle au Sud
Vietnam est inquiétante et cela à cause de l'immixion de
plus en plus insolente des interventionnistes américains. Il
n'y a pas de doute que nos compatriotes du Sud réagiront..

Question •— Que pense le Président du problème
des réfugiés catholiques ?

Réponse — Cela fait partie de la politique des inter-
ventionnistes américains qui cherchent à semer la division
parmi notre peuple. Sachant toutes les misères de nos
compatriotes évacués de force vers le Sud, je souffre
profondément.

Question — Quelle est la nature des relations que
le gouvernement de la République démocratique du Viet-
nam désire nouer avec la France ?

Réponse — Nous désirons nouer avec la France des
relations économiques et culturelles sur la base de l'égalité,,
de la réciprocité et d'une coopération loyale et confiante.

33-


Question — Avec les autres puissances, celles du
'Camp démocratique et les autres ?

Réponse —Avec les puissances du camp démocra-
tique, cela va sans dire, nous avons des relations frater-
nelles. Et nous désirons nouer des relations amicales avec
tous les autres pays, en premier lieu avec les pays d'Asie.

Je veux profiter de cette occasion pour vous prier de
transmettre mon salut fraternel au grand peuple de France
qui a si vaillamment lutté pour la cessation de la guerre et
ipour le rétablissement de la paix en Indochine.

34


RÉPONSES DU PRÉSIDENT HO-CHI-MINH
AUX QUESTIONS POSÉES PAR NI. HIRO SHROFF

CORRESPONDANT DU TRUST OF INDIA

Question — Maintenant que la Birmanie et la
République démocratique ont approuvé les cinq principes
•delà déclaration commune Nehru — Chou-En-Lai, et par
■conséquent la politique étrangère de ces quatre pays
est solidaire,

a) y-a-t-il un organe où les quatre pays pourront se
consulter mutuellement sur les questions de politique
étrangère ?

b) y-a-t-il une proposition pour rétablissement d'un
tel organe ou

c) seriez-vous en faveur de l'établissement d'un tel
organe ?

Réponse — A ma connaissance, aucun organe de
ce genre n'a été établi et aucune proposition n'a été
faite pour l'établissement d'un tel organe.

Question — Quelles sont, et comment désirez-vous
qu'elles devront être, les relations entre la République
•démocratique d'une part et le Laos et le Cambodge
d'autre part?

35


Réponse — Nous aimerions avoir des relations
amicales avec le Laos et le Cambodge sur la base de cinq
grands principes exposés dans les déclarations communes,
sino-indienne et sino-birmane.

Question — Maintenant que la guerre est terminée,
quel est le problème le plus urgent (ou problèmes) qui
se pose à votre gouvernement et comment comptez-vous
le résoudre ?

Réponse — Les problèmes les plus urgents qui se
posent à notre gouvernement sont :

a) la stricte application de l’accord de Genève.

b) la restauration de notre économie afin d’améliorer
les conditions de vie de notre peuple,

c) la consolidation de la paix, la réalisation de l’unité
nationale, de l’indépendance et de la démocratie dans le pays,
tout entier. A ces fins, nous sommes disposés à collaborer
sincèrement avec toutes les personnalités vietnamiennes ou.
tous les groupes de vietnamiens qui visent les mêmes buts,,
indépendamment de leurs opinions politiques et religieuses.

Question — Quels sont vos projets concernant :

a) l’élévation du standard de vie de votre peuple,

b) la réforme agraire,

c) la liquidation de l’analphabétisme,

d) l'élévation de la conscience politique de votre,
peuple ?

Réponse — Comme il a été dit plus haut:

a) L’élévation du standard de vie de notre peuple par

la restauration de notre économie est un des problèmes:
les plus urgents.

36


b) La réforme agraire fait partie de notre plan de
reconstruction économique.

c) La liquidation de l'analphabétisme est en cours ;
Notre jeunesse aide le gouvernement dans cette tâche.

d) Notre projet d'élévation de la conscience politique
de notre peuple s'exécute par l’éducation : patriotisme
et amour de la paix.

Question —Maintenant que les hostilités ont pris
fin, dirigez-vous votre gouvernement sur :

a) la base du temps de paix normal,

b) la base du temps de guerre, ou

c) dans un état mi-paix, mi-guerre ou dans un état de
guerre ?

Réponse—Sur la base de la fin du temps de
guerre et du commencement du temps de paix.

Question — L'accord de Genève concernant le
Vietnam est entré en vigueur depuis 4 mois. Pensez-
vous que cet accord a été appliqué de manière satisfai-
sante ? L'autre partie, les Français, l'a t-elle appliquée de
manière satisfaisante ?, La Commission Internationale a
t-elle bien veillé à son application ou aurait-eile pu mieux
faire et comment ? A votre avis, la presse en général, pour-
rait-elle aider à faciliter l'application de l'accord ?

Réponse — L'exécution de l'accord est en partie
satisfaisante, mais ne l'est pas entièrement (voir la note
de notre Ministre des Affaires étrangères et de notre
Commandant - en - Chef aux Présidents de la confé-
rence de Genève et de la Commission Internationale).

37


‘La Commission Internationale a loyalement surveillé
T exécution de l'accord, et les résultats auraient pu être
meilleurs si l'autre partie s’y était prêtée honnêtement.

En général la presse pourra apporter sa contribution
en disant toute la vérité.

Question — Pourrais-je obtenir de vous une décla-
ration sur la politique étrangère de votre pays ?

Réponse — Comme il a été dit plus haut notre
politique étrangère est basée sur les 5 grands principes
visant à consolider la paix entre les nations et à renforcer
l'amitié entre les peuples.

38


REPONSES DU PRESIDENT HÔ-CHI-MINH AUX
QUESTIONS DE M. C. P. MAYHEW, CORRESPONDANT
DE LA B. B. C.

Question — Les accords de Genève ont inspiré des
grands espoirs à tous les peuples du monde qu’il était
possible de réaliser « la coexistence pacifique ». Penses-vous
que le progrès qui a été fait en exécutant les accords est
pour encourager ces espoirs ?

Réponse — L’exécution stricte des accords de Genè-
ve renforce les espoirs en la coexistence pacifique.

Question — Est-ce que vous êtes satisfait en gros
avec le travail qu’a fait la C.I.C. jusqu’à maintenant ?

Réponse — Oui.

Question — Quels sont les cas concrets dans les-
quels les accords de Genève n’ont pas été exécutés ?

Réponse — Par exemple : la S.E.A.T.O, les répres-
sions massives et l’absence des libertés démocratiques dans
le Sud.

Question — Dans les élections de l’année prochaine,
est-ce que vous allez demander pour vos partisans le droit
de tenir en toute liberté les réunions dans le Sud ? Etes-
vous d’accord pour donner de la liberté réciproque au
Nord ?

39


Réponse — Pour réaliser des élections libres, il doit
avoir la liberté réciproque ; il faut aussi d'un commun
accord régler les autres problèmes.

Question — Est-ce que le Lao-Dông cherche des
liens avec le Pathet Lào ou avec des partis communistes
dans les pays non communistes ? Est-ce que vous pensez
que c'est réconciliable avec la coexistence pacifique ?

Réponse — La parenté idéologique entre les partis
politiques des différents pays dont l'idéal est la paix et
l'amitié entre les peuples n'empêchent nullement la
coexistence pacifique de ces pays.

Question — Quelles modifications désirez-vous voir
dans les politiques des puissances pour assurer « la coexis-
tence pacifique » ?

Réponse — La coexistence pacifique doit avoir pour
base les 5 grands principes énoncés dans les déclarations
communes Chine-Inde et Chine-Birmanie :

— respect mutuel de l'intégrité territoriale et de la
souveraineté,

— non-agression,

— non-ingérence dans les affaires intérieures,

— égalité et profits réciproques,

— coexistence pacifique.

40






Full Text

PAGE 7

!

PAGE 9

!" #!$ !"#$"%&'"" """"" "(" "#""' ')"*+!(,!-

PAGE 10

#')('!#)".'/0' 12**3!. 412**2!( 5" ")"'"")6&'7('87(" ''9"::((!';

PAGE 11

' "5!<= 7>:15*>/?!(9%.5@5#!./A> "/>*>!)"!)*!(+!7):7'"7:7!""'")8?>":7#*B!C

PAGE 12

D&'"E8"")""*"7(7 !575(7!)'7::'))""5!/>1*!2!() 5"'F

PAGE 13

G::+("!5#!!" "'""?)+$(!"")"!" !"?'"'"" (>"(("?>>!""H!IJ

PAGE 14

#% !" & !!% '! %!(A=<9::K ("/L>K"8/"L!L)L' 'M>.N/()!/!#'(2!!>/'""" !!)('4O

PAGE 15

#("!F"PQK(K(*:R!''/!#!''R((!"/K )K*:R!'')(8'!$!A!>"/(('K(S)$+!''7$!(44

PAGE 16

T!/K%"R"!"2!!>7$"!!"!"0(/'+!2!!>'(!R7"!5!+!/K "!#!>"'U/46

PAGE 17

/+'#! 5(K(')'5"'/")*:R!$'8"2!!>"# (''K"8/4D

PAGE 18

!" "%%')*+!#'"'"')"'"P2B7""#') ("" 8!" '''!5<"":7"! 8'"1* !#/2BQ4G

PAGE 19

V!2BW/!7'"" "2B)("6*")"2!!>""/ "" "":"#X'/"5! !)
PAGE 20

5)/%'K(:." "")>"/)>"/').K(."'7> K(/0"*"9:!9/2YB"#6*F"P"(,!/>"Z("""5'):"'/ "!'"""0(4;

PAGE 21

Y(0(' "'")8"?"'8'"'%>.5@"#!%.7!>:5)."!R("! 5L"'"'58'"1".*7&1Z(&1&15'"/(12**

PAGE 22

@$':"5"(/*" )'"%"(0('%&! 'H'!%S)":::#<9"""(,!Q"9[
PAGE 23

)5@)@))"")@ "<99"!"" !"("'")
PAGE 24

"N"">::!""7"7''""()"'"(8"7!0#$$"0("!"!"!"!/! " 2!!>"#')"'5"''')"!6O

PAGE 25

!#'/'K#0"'S'$'/"""")99>>!"""!>''

PAGE 26

!, !'(!"(""\"(!/! 7]'#)'('A#("(!.5A"V'Y*+"L'!/V'"!:(:<" (!!)"*)#L"'"()"''66

PAGE 27

!M87*N(!9+!9::(!!*"'9"#7]"#:('<6D

PAGE 28

!% !()"("2(:!"#(""'" "7!'7"#$'"8"#')('"''!+()"""'Y"'0"'#'%6G

PAGE 29

8U%""""#('')"'U"#'U'!#('""( )&! R7"'""!"*>"*"'/&""" &'"! "!!(!")6-

PAGE 30

@'"%H'!S80(""""%"""*7"7**"*!!"!"!!*0("(!'"'))!/(:K/(:36;

PAGE 31

')'/)*:R!>::." !!.' '7"$!K(""'"5$'<2") '")' ">>!""":!>'^V:/^K:AK^6C

PAGE 32

-!(#!. " ) /!(A8"!"")2!!>."')"(")""((")!/9:!')W*5""" 9:"!W!')77!&/Y!6F

PAGE 33

R9:!^A*)..2! !W+9:":"8WA*)+!')#&!%H/LL(S/%U7!/)9:!*>5!'!U>W9:!> 7! /"'7!W> 2!!> )5'&>/6P

PAGE 34

R9:"("(>W"#SR9:(^.5!.!WT(!((5_(W9:(/("1*!)"R>W*"5&<(!S&!S9: !>WR9: >W!"#!7S1 )"A8(::15/9:!W*:5WDO

PAGE 35

R)9:!#("">." !'WQ>1.5')""&55!&+!>!5Q!"!E'!D_

PAGE 36

$-01 !"#$%&'() *'+,'(, .+,!/ 0. $. . 0&T844W!!5!""9T! 2!!>:W '""(>D6

PAGE 37

&T0(Y::WQ)"8!):WY8)T8"S*>W+!*>!'K)!*T8(!W/! !((*(*"#T!2!!> .W.!"")DD:

PAGE 38

"/!W& !"" R)")+'.!'K(DG

PAGE 39

!$-()) )A!32!!!?(&/(:R:"X!!!)"N):::[!)!!WN):::N9:W"T"9:!7"2!?!/WD-

PAGE 40

/!'"::A!"!MN!9:W!%NYNY"N'"Y"Y)""!7""!T#%NY"N"N!Y("N!"W/(%NY%D;

PAGE 41

N!N!(@#0(N#!'Y%'A!("9:%N'"N"N:'":W*'>G89:!! W".5":!W"/K::'W"" :W'"MA/::/('8 /KNDC

PAGE 42

`/K)U'"7Y)7(7R8:# !)W/(!-'DF

PAGE 43

2 !$-!( ((!34. #(#( (!YH'!S8:!!'WY' '!R:!7!Y/K/#!YWVT !Y'W8'%*RUV" Y!*
PAGE 44

8"!@R:!: